Psycho – Politique du Foyer ou Avicenne entre Bryson et Saint Thomas

avicenna 

Psycho – Politique du Foyer ou Avicenne entre Bryson et Saint Thomas

I- Gouvernement de la femme ou Rapports de ” coopération ” dans la vie   conjuguale

II- Servitude et Sagesse ou Rapports de contrainte   

Extraits

Le gouvernement de la femme y énonce les directives destinées à mettre cohérence, unité et harmonie dans la famille et à établir des relations vertueuses entre l’époux et l’épouse .

***   ***

Ce petit groupe social constitue un peuple à gouverner, un “cité” en miniature à diriger avec prudence, clairvoyance et dextérité.

***   ***

le père a le devoir de bien diriger  son peuple, de favoriser tout ce qui est nécessaire à son bonheur, à son développement et à son meilleur épanouissement.

***   ***

La femme tient à l’intérieur de son foyer une place capitale. Lui impose un grand nombre d’obligations morales et de fonctions diverses dérivant de sa nature propre, et du rôle qu’elle devrait jouer comme associée légitime  de son mari dans tout ce qu’il possède et intimement liée à lui sous toutes sortes de rapports.

***   ***

le philosophe arabo- musulman appelle le “respect imposant” du mari dans la demeure. Ainsi, celui qui inspire à sa femme un sentiment de respect mêlé de crainte peut aisément la dompter, la bien gouverner et rester le seul vrai maître.

***   ***

Ne pas voiler son épouse est, selon l’ancien moraliste arabo-musulman , signe de dépravation   et de dégradation sociale . C’est que le port du voile indique la noblesse, le rang de la femme et, par le fait même, de son mari.

***   ***

Tenir la femme voilée, comme le préconise le penseur arabe ainsi que le Coran  est peut- être chez lui une réaction devant les aberrations morales de cette époque où, selon certains, les femmes esclaves très nombreuses, provoquèrent la méfiance des gens honnêtes.

***   ***

Au vrai, le voile est un fait ethnographique général, il se base sur une idée mythico-réligieuse. On en fait ici, comme chez certains peuples primitifs, un témoignage de noblesse et de grandeur

***   ***

L’Islam n’a pas aboli la coutume de porter le voile et n’a guère échappé, dans ses pratiques rituelles, aux “peurs” inspirées par le sang de la menstruation.

***   ***

Cette idée rappelle bien celle du Stagirite pour qui “le plus grand honneur qui puisse échoir à une femme vertueuse, c’est de voir son mari observer à son égard la fidélité, et ne montrer de préférence envers aucune autre”.

***   ***

un   individu dont le champ de conscience est absorbé par des problèmes sérieux, manifeste peu d’intérêt aux plaisirs charnels et aux pensées lascives.

***   ***

C’est parce que la femme est le symbole de la valeur sociale et morale du mari, que celui-ci doit se préoccuper de la bien vêtir, de la voiler et de lui montrer fidélité et estime.

***   ***

Mais en tenant compte du champ social des idées d’Avicenne, par exemple, nous pouvons regarder quelques-unes de ses vues comme progressistes, relativement à son temps.

***   ***

Peu nombreux furent les penseurs musulmans qui considérèrent la femme comme un objet, un” ça”; elle fut quelquefois considérée comme une personne ou un sujet, un “toi”.

***   ***

Ce penseur reste un esprit relativement ouvert qui accorde nombre de devoirs et de tâches nobles à la femme et lui offre une condition décente et favorable. Il la favorise beaucoup plus que Ghazâlî

***   ***

Quoi qu’il en soit, les vues avicenniennes sur ce sujet témoignent d’une juste mesure entre la liberté totale de la femme esclave et la soumission aveugle de la femme de condition libre à son mari.

***   ***

La sociologie domestique a montré même que dans certaines civilisations, la société ou la tribu existait avant le groupe conjugal.

***   ***

la morale, dans cette théorie, enseigne, à propos de son système pédagogique, qu’il faut se marier pour des raisons morales, religieuses et pour la perpétuité de l’espèce.

***   ***

c’est Fârâbî qui a été, croit – on généralement, l’inspirateur d’Avicenne. Le Second Maître pour des raisons personnelles, n’a guère parlé de la politique de la femme. Cependant, il a affirmé péremptoirement que l’obéissance du mari à son épouse

***   ***

Les fonctions de l’esclave (serviteur) dérivent du fait qu’ il est la propriété de son maître qui en dispose à sa guise.

***   ***

le philosophe arabo – muslman, après ou comme Aristote, admet l’existence d’une catégorie d’hommes faits pour la liberté et d’une autre faite pour la servitude.

***   ***

la morale d’une personne est conditionnée pas sa physionomie générale. En effet, on a vu que la conduite d’un homme laid est généralement déterminée par sa laideur, et que sur le plan moral, celui qui est laid ne peut pas se donner le sens ou la valeur qu’il veut.

***   ***

il vaut mieux préférer un serviteur de moindre intelligence mais qui inspire plus de confiance, ou qui soit sage et honnête.

***   ***

La servitude est une institution vivace et profondément ancrée dans les moeurs et les traditions des pays de l’Islam

***   ***

l’enseignement coranique ordonne aux croyants de marquer de la bienveillance à l’égard de leurs serviteurs et d’être cléments envers eux;

***   ***

selon l’ancien philosophe arabo-musulman, chacun doit exercer le métier qui correspond à ses aptitudes et ses désirs.

***   ***

En effet, le serviteur est un être comme son maître et il a besoin d’être traité avec clémence et miséricorde.

***   ***

il est recommandé d’exercer des sanctions modérées; celles – ci sont destinées à reéduquer le serviteur puni,et en plus, d’une manière indirecte, à réprimander les autres serviteurs.

***   ***

pour ne pas corrompre tous les serviteurs, il faut chasser celui qui se montre incorrigible, fruste, grossier et désobéissant.

***   ***

la genèse de la servitude n’a pas eu de raisons naturelles ou anthropologiques et que la nature ne divise pas les hommes en races supérieures et en races serviteurs.

***   ***

Pourquoi le philosophe greco- arabe – latin n’a – t-il pas eu l’idée de condamner le servitude?

***   ***

La siyâsa des serviteurs, c’est – à – dire leur administration idéale, nous est apparue pleine de remontrances et d’exhortations avec nombre de remarques profondes sur la nature humaine.

ارتباط كامل النص

www.arabpsynet.com/Documents/DocJ41ZayourPsyPolFoyer.pdf

Appuyer sur ce lien:  Psycho – “Politique du Foyer Ou Avicenne entre Bryson et Saint Thomas” pour acceder l’article entier

Advertisements

اترك رد

إملأ الحقول أدناه بالمعلومات المناسبة أو إضغط على إحدى الأيقونات لتسجيل الدخول:

WordPress.com Logo

أنت تعلق بإستخدام حساب WordPress.com. تسجيل خروج   / تغيير )

صورة تويتر

أنت تعلق بإستخدام حساب Twitter. تسجيل خروج   / تغيير )

Facebook photo

أنت تعلق بإستخدام حساب Facebook. تسجيل خروج   / تغيير )

Google+ photo

أنت تعلق بإستخدام حساب Google+. تسجيل خروج   / تغيير )

Connecting to %s